Mesure de garde fermée

Les peines de placement sous garde sont les peines les plus sévères prévues à la LSJPA en raison des restrictions importantes qu’elles comportent pour la liberté des adolescents, et ce, même lors de la période de surveillance au sein de la collectivité. Aussi, le recours aux peines de garde et de surveillance doit être motivé par la nécessité d’assurer la protection du public. Pour que cette protection soit durable, l’intervention réalisée tout au long de l’application de ces peines a pour objectifs la réadaptation et la réinsertion sociale des adolescents contrevenants.

Pour atteindre l’objectif général de protection du public, l’intervention de réadaptation doit être intensive et prendre appui sur des programmes appropriés, autant pendant la période de placement sous garde que pendant celle de la surveillance au sein de la collectivité.

Le contexte de la vie en milieu de garde ainsi que l’intensité de l’intervention de réadaptation dans cette unité vise à susciter chez l’adolescent, soumis à ce type de peine, un questionnement sur ses valeurs, sur ses choix et sur ses comportements. L’intervention de réadaptation met à profit les diverses mises en situations concrètes que vit l’adolescent, tant avec l’adulte qu’avec ses pairs, situations qui le confrontent quotidiennement à ses conduites et à sa relation avec les autres. La réadaptation des adolescents contrevenants exige également la contribution de programmes d’intervention appropriés à leurs besoins spécifiques, la cohérence de l’ensemble des activités réalisées auprès d’eux, la participation des parents au processus ainsi que l’apport des ressources de la communauté. Ces facteurs réunis peuvent davantage amener l’adolescent à une remise en question de son fonctionnement et favoriser l’acquisition de valeurs et de comportements socialement acceptables.

retour à « Services de réadaptation »